Vous êtes ici: Accueil > Communications > Communiqués
Retour à la page d'accueil



Communiqué


Publié le 15 avril 2016

 


Version imprimable  Version imprimable


Communiqué


La miséricorde mise au cœur de la pastorale familiale

L’évêque de Nicolet reçoit La joie de l’Amour comme un encouragement dans ses priorités pastorales

Nicolet, le 14 avril 2016 – «La foi chrétienne n’est pas un code de règlements avec des permissions et des interdits; c’est une relation à Jésus Christ qui se nourrit d’amour, de patience et de pardons. C’est la même chose pour les relations qui se vivent dans les familles, et c’est spécialement ce à quoi sont appelées les familles chrétiennes… C’est ce que j’ai compris du message du pape François, dans La joie de l’Amour», considère l’évêque de Nicolet, Mgr André Gazaille. Il accueille ainsi l’exhortation apostolique du pape François comme un encouragement pour une pastorale d’accompagnement auprès des familles, dans le diocèse de Nicolet.

Le pape François a publié, la semaine dernière, une exhortation apostolique, c’est-à-dire une lettre qui s’adresse à tous les fidèles de l’Église catholique, centrée sur l’amour vécu dans les familles. Cette lettre était très attendue, parce qu’elle faisait suite aux deux synodes sur la famille qui se sont tenus à Rome en 2014 et 2015. Toutefois, le pape François a surpris bien des gens, comme il sait le faire, en répondant aux enjeux de ce synode sur un terrain différent de celui où on l’attendait. «La joie de l’amour qui est vécue dans les familles est aussi la joie de l’Église.» Ce sont les premiers mots de ce document qui met en valeur le discernement, l’accompagnement, la miséricorde et la conscience des personnes dans l’exercice de leur conduite morale.

Des défis qui appellent au discernement
Ainsi, il est beaucoup question dans La joie de l’Amour des défis que sont la durée dans le couple, la transmission de la foi aux enfants, les conditions de vie difficiles des familles pauvres, la violence conjugale, l’accueil d’enfants handicapés, les séparations et leurs conséquences sur les familles et les communautés, le rythme effréné de la vie moderne imposé aux familles, etc. Pour Carmen B. Lebel, responsable du service diocésain des couples et des familles, ces sujets concernent directement la pastorale qu’elle met en pratique avec d’autres: «On est de plus en plus dans une pastorale de l’accompagnement et du discernement. C’est ce qu’on fait avec les couples en préparation au sacrement du mariage, avec tous les couples aussi qui veulent consolider leur relation en incluant une dimension chrétienne. Et dans les catéchèses où on chemine avec les familles, toutes ces expériences familiales se présentent; on vit cela au jour le jour, l’accueil et le discernement dans les situations complexes des familles d’aujourd’hui.» Le pape aborde aussi d’autres sujets qui touchent particulièrement certaines cultures ou régions du monde, comme les mariages forcés, les mutilations génitales ou la dévalorisation du rôle et des droits des femmes.

«Pour nous, les chrétiens, tous ces sujets sont importants, puisqu’ils touchent les relations. Les relations dans le mariage, dans la famille et dans la communauté. Toute notre foi est centrée sur l’amour, la charité que nous sommes appelés à manifester les uns pour les autres», commente l’évêque de Nicolet. Pour lui, la parole livrée par le pape aux pasteurs et aux fidèles vient remettre un élément essentiel au cœur de la pastorale familiale: la miséricorde. «Il y a un idéal chrétien qui nous semble, comme Église, être le meilleur chemin de vie et de bonheur… Pas le plus facile! Mais le plus fécond. Sauf qu’il y a toutes sortes de circonstances concrètes qui font que, même avec la meilleure des volontés, on est obligés de s’éloigner de ce chemin-là, de faire un ou plusieurs détours. Et des fois, c’est même par amour, par exemple, pour protéger des enfants dans une famille dysfonctionnelle. Dans ces situations, le pape nous dit: faites preuve de discernement dans votre pratique pastorale, aidez les gens à vivre leur vie avec une conscience éclairée par la foi chrétienne. Et pour faire cela, il n’est pas question d’exclure les gens de la communauté chrétienne… au contraire! C’est dans ces circonstances qu’ils ont le plus besoin du soutien de leur communauté [no 243]. Le pape François relie ainsi toute cette pastorale de l’accompagnement et du discernement à la miséricorde de Dieu qui est ‘’le cœur battant de l’Évangile’’ [no 309]», rapporte Mgr Gazaille qui voit ainsi confirmée sa vision pastorale pour les familles.

Sortir de la logique des lois
Le pape François, dans son exhortation apostolique, n’a pas voulu s’avancer sur le terrain de nouvelles règles formelles, de ce qui est dorénavant permis ou interdit. «Cela a déçu certaines personnes, remarque Mgr Gazaille, tant chez les plus conservatrices que chez celles qu’on dit progressistes. Mais le pape François nous appelle justement à sortir de cette logique des lois et du jugement uniforme. [no 305]» La doctrine de l’Église reste inchangée concernant le mariage religieux catholique qui ne peut être vécu, comme sacrement, qu’entre un homme et une femme. Et l’Église continuera de proposer son idéal d’engagement durable, fidèle et ouvert à la vie entre les époux dans le mariage. «Durant leurs rencontres à Rome, la discussion des évêques du monde entier a été très ouverte sur de nombreux sujets qui touchent la vie des familles», indique Mgr André Gazaille qui s’y est intéressé de près; il a d’ailleurs fait de l’attention aux familles l’une des cinq priorités pastorales du diocèse de Nicolet. «L’intérêt public s’est beaucoup porté sur les questions qui concernent les personnes divorcées remariées et la réalité homosexuelle. Il en a été question, bien sûr, mais cela n’a pas été les sujets centraux de ces synodes», précise l’évêque. Quoi qu’il en soit, les mêmes critères de discernement s’appliquent à toutes les personnes qui désirent, avec un cœur sincère, s’approcher de Dieu et que le pape demande d’accompagner et d’intégrer autant que possible et sans discrimination à la vie de l’Église [no 250, 296-300].

Une lecture recommandée
L’exhortation apostolique du pape François, La joie de l’Amour, sera en librairie à partir du 18 avril au Québec. On a déjà accès au texte en ligne, si on désire le consulter. «C’est un texte facile à lire, très accessible et qui contient de très beaux passages sur les relations amoureuses [no 152, 219, 224], l’amour parental [no 170 et suivants] et la vie familiale très concrète. Je le conseillerais à tous les couples et à tous les parents», indique Carmen B. Lebel, du service diocésain de pastorale des couples et des familles.

– 30 –

NDLR: Les numéros entre [crochets] réfèrent à certains paragraphes du texte de La joie de l’Amour, à titre d’exemples.L’exhortation apostolique La joie de l’Amour en ligne: http://w2.vatican.va/content/francesco/fr/apost_exhortations/documents/papa-francesco_esortazione-ap_20160319_amoris-laetitia.html

 

Information :

Carmen B. Lebel
Service diocésain de pastorale des couples et des familles – Diocèse de Nicolet
819-293-6871, poste 411 ou  carmenlebel@diocesenicolet.qc.ca

Source :

Jacinthe Lafrance
Service des communications - Diocèse de Nicolet
819 293-6871, poste 421 ou communications@diocesenicolet.qc.ca

 

Direction des communications sociales & de la revue diocésaine En Communion
49, Mgr-Brunault, Porte A, Nicolet (Québec) J3T 1X7 | 819 293-6871 poste 421 | www.diocesenicolet.qc.ca


© 2008-2017 CECR Nicolet. Tous droits réservés.